Académie des jeux oubliés     

Les jeux de poules

 

Références, informations

 

Les jeux de poules sont des jeux de cartes ou de dés demandant un nombre relativement important de joueurs qui prennent un montant égal de jetons, appelé mise, au début de la partie et qui seront amenés à en céder une partie selon des évènements du jeu définis par les règles. Lorsque tous les joueurs sauf un sont dépossédés de tous leurs jetons, ce dernier est le gagnant qui remporte la poule, c'est-à-dire l'ensemble des jetons perdus par les joueurs au cours du jeu. La poule se constitue le plus souvent au milieu de la table par le dépôt des jetons perdus par les joueurs – on dit que ces joueurs paient ou mettent à la poule tant de jetons selon les règles propres à chaque jeu. Le montant de la poule emportée par le gagnant en y ajoutant les jetons qu'il a conservés est égal au total des mises de tous les joueurs. On peut voir ainsi que si chaque joueur ne perd que peu de jetons, le gagnant en gagne un nombre relativement important. Généralement, au cours du jeu, lorsqu'un joueur est dépossédé de tous ses jetons, il ne participe plus au jeu – on dit qu'il est mort. Dans certains jeux de poules, en plus des jetons mis à la poule, d'autres peuvent passer de la main d'un joueur à celle d'un autre, ce qui peut éventuellement ressuciter un joueur mort.
Les jeux de poules sont des jeux de hasard qui peuvent comporter une petite part de raisonnement ou nécessiter une bonne faculté de mémorisation. Il s'agit toujours de jeux conviviaux aux règles simples qui doivent être joués promptement.
Au XVIIIe siècle, différents jeux de poules pouvaient être joués successivement, c'est ce que l'on appelait faire une macédoine.



             1. Jeux de poules aux cartes

L'as-qui-court
coucou
her
La peur
Chnif-chnof-chnorum
Le chat qui dort
Tontine


             2. Macédoine

Ce terme est mentionné dans la lettre 85 des Liaisons dangereuses (1782) de Choderlos de Laclos, et y est défini ainsi en note de bas de page :
– « Quelques personnes ignorent peut-être qu'une macédoine est un assemblage de plusieurs jeux de hasard, parmi lesquels chaque coupeur a le droit de choisir lorsque c'est à lui à tenir la main. C'est une des inventions du siècle. »

Lorsqu'on décide de jouer une macédoine, on convient avant de se mettre au jeu d'une liste de jeux de poules que l'on va jouer successivement. Chaque fois qu'une partie d'un de ces jeux est terminée, celui qui doit donner les cartes pour la partie suivante choisit dans la liste un des jeux qui n'a pas encore été joué. La macédoine se termine lorsque tous les jeux de la liste ont été joués.

Dans la citation, le mot « coupeur » désigne le donneur. Il s'agit en fait d'un terme du jeu du Lansquenet qui n'est pas un jeu de poules bien qu'étant un jeu de pur hasard. Au Lansquenet beaucoup de joueurs pouvaient perdre beaucoup.

              






Haut de page


Informations

             Références

Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, à Amsterdam et se trouve à Paris chez Durand, 1782 (seconde partie)
– Pierre M. Huvier des Fontenelles, Les Soirées amusantes ou entretien sur les jeux à gages ou d'autres, Veuve Duchesne et fils, Paris, 1790, 2e éd.
Jacques, Lacombe, Encyclopédie méthodique, Dictionnaire des jeux mathématiques et suite du Dictionnaire des jeux, Agasse, Paris, an 7 (1799)



             Informations sur la page

Page mise en ligne le 2 octobre 2010






Haut de page