L’Académie des jeux oubliés

 

         Le Pharaon

                  

                  Références, informations

 

Le Pharaon, est un jeu de cartes de hasard qui était pratiqué en France à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. Variante de la Bassette, le Pharaon l'a rapidement supplantée. Il a connu les mêmes interdictions que son aînée. En 1708, Rémond de Montmort dans son Essai d'analyse sur les jeux de hasard a démontré que le Pharaon était encore plus à l'avantage du banquier que la Bassette.

Les règles présentées ici concernent essentiellement les modifications apportées à la Bassette.

      

    

1. La taille

 

La taille est toujours de deux cartes, mais contrairement à la Bassette, le banquier dévoilent les deux cartes simultanément en plaçant la première à sa droite et la deuxième à sa gauche.

 

La carte placée à droite est appelée « carte de face » et fait gagner le banquier. Le mot face ne doit pas être confondu avec celui utilisé à la Bassette.

 

La carte placée à gauche est appelée « carte anglaise » et fait perdre le banquier.

 

 

2. Gain et perte du banquier

 

Le fait d'être facé (voir l'article sur la Bassette) n'a pas d'incidence sur le gain du banquier : il emporte toujours la totalité de la mise, au lieu qu'à la Bassette, dans le cas d'une face, il n'en retire que les deux tiers.

 

Lorsque les deux cartes d'une taille forment une paire, le banquier retire la moitié de la mise du ponte qui a joué sur la carte du même type. À la Bassette, le banquier emporte la mise entière sauf dans le cas d'une face pour lequel il n'en retire que les deux tiers.

 

 

3. Conclusion

 

Si le banquier perd l'avantage qu'il avait sur les paires, il en gagne un autre sur les faces, qui n'existent plus.

 

Pour le reste, toutes les règles de la Bassette et les manières d'y jouer sont applicables au Pharaon.

 

 

4. Une autre manière de jouer la paix

 

Comme à la Bassette, la petite paix consiste pour le ponte qui vient de gagner, à ne rejouer que son gain. Pour cela le ponte laisse sa mise et perçoit son gain, ce qui revient à ne jouer que son gain.

 

Le Dictionnaire des jeux de Lacombe, à la fin du XVIIIe siècle, décrit une autre manière de procéder que l'on retrouve dans la littérature : le ponte qui tente la petite paix ne perçoit pas son gain, et déplace sa mise initiale sous sa carte qu'il corne comme pour faire un paroli. Si le ponte gagne à nouveau, soit il perçoit deux fois le montant de sa mise, soit il décide de tenter la grande paix en faisant un nouveau paroli en cornant une deuxième fois sa carte. S'il gagne la grande paix, il perçoit quatre fois le montant de sa mise. Si le ponte perd la petite ou la grande paix, il retire sa mise de dessous la carte.

 

 

 

 

 

Haut de page

  



 
 

Références

 

Rémond de Montmort, Essai d'analyse sur les jeux de hasard, Jacques Quillau, Paris, 1708

 

Jacques Lacombe, Dictionnaire des jeux, Panckouke, Paris, 1792

 

 

  

    

Informations sur la page

 

Page mise en ligne le 21 janvier 2011

 

 

  

Page d'accueil et contact

 

Académie des jeux oubliés

 

 

   

 
 
Haut de page
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ponte Baste Manille Espadille Ponte Baste Manille Espadille Baste Manille Espadille Baste Manille Espadille