Académie des jeux oubliés     

La Tontine

 

Références, informations

 

La tontine est un jeu de cartes, de la famille des « jeux de poules » lesquels nécessitent un nombre relativement important de joueurs dont seul l'un d'entre-eux gagnera les mises de tous les autres. De la sorte, les pertes sont généralement minimes tandis qu'un seul joueur emporte une somme relativement importante. Il s'agit d'un jeu convivial de pur hasard où les jetons circulent entre les joueurs d'une part, et les joueurs et la poule d'autre part.

 



             1. Nombre de joueurs et jeu de cartes

La tontine se joue de cinq à douze joueurs, avec un jeu de complet de 52 cartes. Seul le type des cartes a de l'importance.

             2. La mise, la poule

Chaque joueur reçoit, au début de la partie, une quantité de jetons déterminée par la durée qu'on veut donner à la partie, et appelée mise. Plus la mise sera grande et plus la partie durera. On prendra par exemple 12 jetons par joueur.

Un corbillon est disposé au milieu de la table dans lequel chacun des joueurs met 3 de ses jetons au tout début de la partie. Le contenu du corbillon constitue la poule qui augmentera, ou diminuera, au gré des évènements du jeu.

La partie se joue jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un seul joueur qui possède des jetons.

             3. Donne

Chaque joueur prend une carte du jeu étalé, faces cachées, sur la table et celui qui obtient la plus haute – en cas d'égalité, les joueurs concernés retirent une carte et ceci jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'une seule plus haute carte obtenue – est le donneur. Celui-ci rassemble les cartes, les mélange, les donne à couper à son voisin de gauche, puis en distribue une seule à chacun des joueurs en commençant par son voisin de droite et finissant par lui-même – la distribution, comme le jeu, se fait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Les cartes sont données faces cachées, mais à ce jeu le fait de retourner accidentellement une carte n'a pas d'importance et n'oblige pas le donneur à redistribuer.

Le donneur conserve les cartes non distribuées en une pile, faces cachées, appelée talon, à sa droite. Le talon ne sera pas utilisé sur le coup.

             4. Déroulement du jeu, paiements

Le premier en cartes, qui est le joueur assis à la droite du donneur, retourne sa carte face visible, et selon le type de celle-ci met ou prend des jetons à la poule, reçoit des jetons d'un joueur, ou bien ne paie ni ne reçoit aucun jeton. Ces mouvements se font en fonction du tableau ci-dessous. Puis le joueur suivant fait de même, suivi par tous les autres joueurs à leur tour jusqu'au donneur.

Tableau des mouvements de jetons en fonction de la carte reçue :

  
Voisin de gauche
Carte
Poule
1er
2e
3e
roi
-3
  
  
  
dame
-2
  
  
  
valet
-1
  
  
  
10
  
  
  
  
as
  
+1
  
  
2
  
  
+2
  
3
  
  
  
+3
4
+2
  
  
  
5
+1
  
  
  
6
+2
  
  
  
7
+1
  
  
  
8
+2
  
  
  
9
+1
  
  
  

Un signe « - » signifie que la poule perd le nombre de jetons mentionné : le joueur prend ces jetons à la poule. Par exemple si un joueur a un roi, il prend 3 jetons à la poule.
Un signe « + » signifie :
– que la poule augmente du nombre de jetons mentionné : le joueur met ces jetons à la poule ;
– que le premier, deuxième, ou troisième voisin de gauche du joueur reçoit de celui-ci le nombre de jetons mentionné. Par exemple, si le joueur a un 2, il donne deux jetons à son deuxième voisin de gauche, et ceci même s'il est placé avant le donneur.

La couleur rouge correspond à une perte de jetons de la part du joueur possédant la carte correspondante, tandis que la verte correspond à un gain.

On voit ainsi que seules les trois figures rapportent des jetons à leur possesseur, tandis qu'un 10 ne rapporte ni ne coûte rien, et l'as, le 2, et le 3 lui imposent de payer à un autre joueur. Pour les cartes du 4 au 9, si la valeur de la carte est paire, elle coûte deux jetons au joueur, mais si elle est impaire, elle ne lui en coûte qu'un.

Après un coup, on en débute un autre, le premier en cartes du coup précédent devenant le donneur du nouveau coup. Les joueurs dépossédés de tous leurs jetons sont morts, mais restent au jeu sans recevoir une carte. Il leur est possible de recevoir à nouveau des jetons de la part d'un joueur ayant reçu un as, un 2 ou un 3.

Un joueur qui est mort ne peut pas être donneur au coup suivant, son tour passe. Par contre un joueur ayant ressuscité participe au jeu comme s'il n'était jamais mort.

Si un joueur possède moins de jetons qu'il ne doit en payer, il donne ceux qu'il détient et il n'est jamais redevable de la différence.

Dès qu'il n'y a plus qu'un seul joueur en possession de jetons, le coup en cours est arrêté, et la partie est terminée. Ce joueur est le gagnant : il remporte le contenu du corbillon, autrement dit la poule.

 






Haut de page


Informations

             Références

– Académie universelle des jeux, Théodore Legras, Paris, 1725



             Informations sur la page

Page mise en ligne le 3 octobre 2010






Haut de page